Blog Vive

Comment tenir ses engagements ?

Le mois de janvier s’achève à peine et déjà les « bonnes résolutions » 2020 se profilent comme une pesante To-Do List, ou tel un souvenir lointain dans le fond d’un tiroir. Et lorsqu’on y croit encore, on se promet que cette année, ce sera différent. Que l’atteinte de nos objectifs nous procurera fierté, joie, estime de nous-mêmes, et bien d’autres sensations si agréables. Alors comment faire pour les tenir, ces engagements ?


Observer mes contrats existants
Dans cette première phase d’observation, je reprends la liste des émotions/ besoins/ enjeux qui me traversent dans la journée.
Nous ressentons des émotions considérées comme négatives lorsqu’il y’a un décalage entre la situation, nos engagements et nos valeurs/croyances.

Exemple : Être fiable est très important pour moi et j’annule un rendez-vous car ma direction me demande d’être présent(e) à une réunion.



J’accepte de faire quelque chose qui ne correspond pas à mes valeurs /croyances : j’honore un engagement, oui (présence à la réunion), mais je trahis mes valeurs (fiabilité vis-à-vis de mon premier engagement). Nous noterons que la réaction des interlocuteurs ici n’a aucune importance.
Résultat possible : colère, tristesse, amertume…J’ai honoré un contrat passé avec l’extérieur mais pas celui vis-à-vis de moi-même qui est d’agir en cohérence avec mes valeurs.

Oublions donc ce que l’extérieur attend de nous et écoutons véritablement nos ressentis, ils nous parlent de notre fonctionnement et de nos besoins. Plus nous prendrons des engagements en accord avec nos valeurs profondes, plus nous verrons notre quotidien avec sérénité et joie.

Ai-je honoré les contrats que j’ai passé avec moi-même ?
On ne se rend souvent pas compte de l’existence de ces contrats. Ce peut être « demain j’arrête de fumer » ou bien « aujourd’hui je me mets à jour sur les 10 dossiers que j’ai encore en attente ».
Je prends le temps d’observer mes contrats. Sont-ils réalistes ? Sont-ils précis ? Ai-je défini un délai de temps de réalisation plausible ?

Nombreux de nos contrats ne sont pas réalistes, on exige de soi-même beaucoup plus que des autres. Et c’est souvent le cas de nos bonnes résolutions.



Lorsqu’un contrat est « tyrannique » (non réaliste) il y a deux issues possibles :
1 – l’épuisement, le surmenage : je dépense beaucoup d’énergie à atteindre ces objectifs.
2 – la dépréciation : je n’ai pas pu atteindre mes objectifs, je suis nul.le / pas à la hauteur / sans valeur etc.
Les deux peuvent même se combiner : je suis nul.le d’avoir mis autant de temps pour terminer mon dossier. Au bout de ce chemin il y a le bout du rouleau : burn-out, dépression, perte de confiance en soi…

Nous sommes toutes et tous « parfaitement imparfaits ».
Plutôt que de condamner tout ce qu’on considère comme des défauts, voyons-les comme des bâtons-tuteurs qui nous aident à grandir et nous élever. Un jour nous n’aurons plus besoin du tuteur, mais ce n’est pas encore le cas. Et c’est acceptable.



Je réalise que j’ai le pouvoir de :

· Écrire de nouveaux contrats, plus réalistes, plus bienveillants.

· Faire évoluer un contrat existant en objectifs réalisables.
Exemple : Je ne vais pas clôturer 10 dossiers en 2H, mais peut-être que 1 ou 2, c’est possible.

· Décider de rompre avec un contrat toxique.
Exemple : Je démissionne de mon contrat « arrêter de fumer », et j’assume pleinement chaque cigarette. Peut-être qu’un jour j’abandonnerai ce tuteur, mais pas aujourd’hui. J’en suis à cette étape et j’arrête de culpabiliser d’y être.

· Choisir comme Première résolution : « je ne prends que des engagements que je puisse tenir» : de cette façon, je sais que je prends soin de mes émotions et de moi-même, que j’ai de grandes chances de célébrer l’atteinte de mes objectifs et ça, c’est vraiment motivant !

Et pour approfondir le sujet je vous recommande la lecture ou relecture des Quatre Accords Toltèques, une belle résolution si elle est réaliste pour vous !